Présenté par Les Habitations Bordeleau

Nadine Walsh, Frank Sylvestre et Jean-Sébastien Bernard

Variétés

Sacré Choeur de Gilgamesh

Représentations

mar 22 octobre 2019 20H00

Foyer de la salle Rolland-Brunelle
Achetez vos billets
Tarifs
Régulier 16,00 $
Membre 14,00 $
FADOQ 14,00 $

Taxes et frais de service inclus. Veuillez noter que les billets au prix Fadoq sont uniquement disponibles à nos billetteries ainsi que par téléphone.

Description

Un récit polyphonique

L’Épopée de Gilgamesh est un récit sumérien qui remonte à la nuit des temps. Gravée sur des tablettes d’argile, elle est la première histoire écrite de l’humanité. 

Celle de la rencontre entre Gilgamesh, l’homme de la cité et l’homme sauvage, Enkidu. Amis inséparables, ils accomplissent de grands exploits. Mais à la mort d’Enkidu, Gilgamesh réalise sa propre condition de mortel. Dès lors, il part en quête de l’immortalité.

Dans une esthétique presque radiophonique, trois conteurs lui redonnent vie. Leurs voix s’élèvent, se superposent, dessinent des paysages. Ainsi s’entrelacent le moderne et l’archaïque, le profane et le sacré.

CRÉDITS
Sur scène
Nadine Walsh, narratrice
Jean-Sébastien Bernard, narrateur
Franck Sylvestre, narrateur

Concepteurs
Adaptation et mise en scène : Nadine Walsh
Assistance à la mise en scène et répétiteur : Michel LeveSque
Conseiller aux arrangements vocaux : Michel Faubert
Concepteur lumière et régie : Calex


NADINE WALSH, CONTEUSE

Nadine foule les planches depuis plus de 30 ans. Interprète d’une forte présence et chercheuse acharnée, elle use de son corps autant que de sa voix pour propulser ses créations et retransmettre des histoires archaïques, reflets de l’humanité depuis la nuit des temps.

Chaque spectacle se distingue par une forme singulière qui questionne sa relation avec le public et avec l’histoire. « Avec elle, le conte devient une parole incarnée. » Élisabeth Haas, LaLiberté, Fribourg.

Nadine conte pour résister à l’endormissement, à l’ignorance, au conformisme, au désenchantement, à la mort. Parce que pour elle, conter, c’est partager un instant d’éternité.

« Avec elle, le conte devient une parole incarnée. » -Élisabeth Haas, La Liberté, Fribourg.